L'efficacité du gel hydroalcoolique dépend de plusieurs facteurs

Comment agit le gel hydroalcoolique ?

Dans notre quotidien, l’hygiène des mains est l’un des points de vigilance primordial. En effet, la main est l’outil de préhension principal de l’Homme, lui permettant d’interagir en permanence avec son environnement. Cependant, cet environnement est peuplé par des micro-organismes (microbes) plus ou moins pathogènes d’origine bactérienne, fongique ou encore virale (ainsi que des salissures d’origine chimique). Il n’est pas difficile de comprendre ainsi que les mains est un excellent véhicule pour ces éléments et contribue ainsi largement à la transmission/diffusion de ces germes.

La pandémie mondiale de COVID-19 a conduit les gouvernements à prendre des mesures drastiques pour limiter la transmission manuportée du virus lorsqu’un individu n’a pas accès à un point d’eau (pour se laver les mains avec de l’eau et du savon). A ce titre, les lotions hydroalcooliques se sont naturellement imposées dans notre quotidien. Toutefois, cela a suscité des interrogations quant aux critères relatifs d’efficacité des PHA (Produits HydroAlcooliques) et à leur bon usage.

Définition des produits hydroalcooliques : solutions et gels

Pour rappel, un produit hydroalcoolique est un désinfectant qui entre dans la catégorie des produits biocides de type 1 (Biocide destiné à l’hygiène humaine selon l’annexe V de la directive 98/8/CE concernant la mise sur le marché des produits biocides). Existant sous forme de gels ou de solutions, la substance active antiseptique qui compose le PHA est un alcool (éthanol ou iso-propanol) dont la concentration est comprise entre 60 et 95% ]. Un article récapitulant la composition d’un gel hydroalcoolique est déjà présent sur le site. Ces antiseptiques existent sous plusieurs formes :

  • Les solutions hydroalcooliques (SHA) : il s’agit de solutions (liquide) comportant la substance active à base d’alcool, de l’eau, ainsi qu’un émollient pour prévenir du dessèchement cutané. Le taux d’alcool est souvent supérieur au GHA, conformément aux préconisations de l’OMS ;
  • Les gels hydroalcooliques (GHA) : il s’agit d’un gel (dont la viscosité est plus importante que la SHA) composé des mêmes substances que le SHA, ainsi que d’un agent épaississant ;
  • Les mousses ;
  • Les lingettes.

Compréhension du mode d’action du gel hydroalcoolique

Dans un premier temps, il est nécessaire de rappeler qu’un PHA s’utilise sur main propre (exempt de salissures chimiques/organiques), sans quoi les effets de la substance biocide sont amoindris. L’efficacité du produit (antifongique, antibactérien, antivirus) dépend des facteurs suivants :

  • Le mécanisme d’action : les principes actifs à base d’alcool fonctionnent en dénaturant les protéines cytoplasmiques et membranaires des microorganismes, ainsi qu’en inhibant la synthèse de leurs acides nucléiques et leurs protéines ;
  • Le temps d’action : une friction hydroalcoolique de 30 à 60 secondes minimum (selon la concentration et les recommandations) est nécessaire pour conduire au mécanisme de désinfection et ainsi détruire 99,9 % des microbes ;
  • Le spectre d’action : les alcools bénéficient d’un spectre d’action antiseptique plutôt large, bien qu’une efficience supérieure soit à noter pour les bactéries gram-, gram+, mycobactéries, et virus enveloppés (dont font partie les virus de la grippe, ainsi que le COVID-19). Ils se révèlent efficaces aussi contre les levures, moisissures et virus nus. En revanche, son inefficacité est constatée sur les spores ;
  • La stabilité : en raison de leurs propriétés physico-chimiques, les alcools présentent une faible rémanence compte tenu de leurs importants pouvoir d’évaporation. Le GHA se distingue sur cette caractéristique. Sa forte viscosité limite l’évaporation, tout en améliorant la répartition homogène de l’antiseptique ;
  • La toxicité : concernant l’éthanol dont la présence reste majoritaire dans les PHA du marché, il s’agit d’une molécule faiblement toxique. Ainsi, il a été démontré par l’ANSM qu’aux doses d’utilisation dans le milieu hospitalier professionnel (mais aussi grand public au vu de la conjoncture actuelle) ;
  • L’éthanolémie est quasi-nulle ;
  • un risque cancérogène ou reprotoxique ou neurotoxique, par voie cutanée ou inhalée, extrêmement faible.

Pour ces raisons, le PHA n’est pas déconseillé chez la femme enceinte, ou encore l’enfant (en dehors du prématuré) ;

La compatibilité cutanée : les PHA ne doivent pas être appliqués sur peau lésée ou abîmée. En dehors de ces préconisations, l’éthanol ne présente pas de toxicité avérée sur la peau, bien qu’il ait un effet desséchant. L’ajout d’un émollient dans les PHA permet de pérenniser l’épiderme.

Chez laboratoire LIPS FRANCE, la sélection des matières premières est cruciale pour assurer une qualité optimale des PHA. Ainsi, lors de la formulation et de process industriels maîtrisés, nous sommes assurés de l’efficacité des produits. Cette assurance se traduit d’ailleurs par l’obtention de l’ensemble des normes EN, garantissant une action efficace contre les virus, champignons et bactéries. Découvrez notre article sur les normes EN en cliquant ici.

Comment favoriser l’action des produits hydroalcooliques ?

Force est de constater que l’application d’un PHA sur les mains n’est pas acquise chez l’utilisateur. Pourtant, le bon déroulement de la friction hydroalcoolique joue un rôle prépondérant sur l’efficacité contre les microbes, ainsi que la quantité déposée dans le creux de la main. Après s’être muni d’environ 3 ml de lotion, il faut veiller à respecter scrupuleusement les étapes de friction. Nous avons rédigé un article énoncant ces étapes que vous pouvez découvrir en cliquant ici.

Sources :

https://www.researchgate.net/publication/242581793

https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/Pandemie-grippale/Les-produits-hydroalcooliques

http://www.sssh.ch/uploads/media/4_De__sinfectants_SSSH_SR_mars_2013_Herve__.pdf

Related Products

Gel hydroalcoolique 5L

Gel hydroalcoolique 5L

Bidon de 5 litres pour usage immédiat ou pour remplir d'autres contenants

À partir de Prix 32,70 € TTC

Disponible

Docteur en chimie

À la une

Nos derniers articles